Amécourt en images

Visiteurs, voisins, habitants, voici quelques clichés d'Amécourt. Vous y retrouverez les monuments de notre village mais aussi des vues plus générales. Bonne promenade !

La mairie

Sa construction date du 19ème siècle (1867). Comme bien des mairies de campagne, le bâtiment a triple vocation et abrite une salle de classe à l'arrière, le logement de l'instituteur et la salle de conseil.
Par suite d'une démographie en baisse, l'école fut fermée dans les années 70, le regroupement scolaire sur Mainneville fut créé.
Commencés en 2010, d'importants travaux de rénovation ont été réalisés, permettant de mieux accueillir ses administrés et visiteurs. L'ancienne salle de classe est dorénavant dédiée à l'espace secrétariat.
L'ancien logement de l'instituteur est, quant à lui, destiné à la location.

L'église St Hilaire

L'église est nichée à flanc de coteau au coeur du village, au bout du chemin de St Jean.

L'église mesure 28 mètres de long sur 8 mètres de large.  Ses fondations datent du 12ème siècle.

La plus grande partie de la nef  a été reconstruite au 14ème ou 15 ème siècle en assisses alternées de silex et de pierres. Le choeur, également appareillé en damiers de silex et de pierres se termine par une abside à 3 pans portant l'inscription 1577 sur un contrefort. La charpente en bois, forme une coque de navire renversée (charpente en carène renversée) et date probablement aussi de cette époque. Du côté Nord, on peut apercevoir une litre funéraire, des graffitis des Compagnons du Devoir ainsi qu'une porte romane bouchée.  Du côté Sud, la porte principale est également bouchée. Le clocher et sa flèche, haute de 35 m, sont de forme octogonale et recouverts d'ardoises (leur rénovation date de 2005). Un monument funéraire à la famille Batardy, longtemps propriétaire du château se trouve face à l'entrée.

La Sacristie fût remaniée en 1692, le portail en 1706.

Le Clocher abrite 3 cloches, fondues en 1903 par Dubuisson Fils, de Paris. Elles ont été installées sous l'administration de M. Gastine, Maire et H. de la Balle, curé, en présence de M. Flicoteaux, M. Lefebvre, de Mrs C. Bue et J. Langlois et Asseline.

La grosse se nomme Marie-Louise, parrainée par M. Louis Passy, député et Mme Flicoteaux Marie née Bastien.

La moyenne se nomme Marie-Antoinette, parrainée par M. Canu et Mme Récullet Marie-Elisabeth, née Duval.

La petite se nomme Marie-Thérèse, a été bénie par M. l'abbé Olivier, curé de Gisors et parrainée par M. Pierre Brault et Melle Marie-Thérèse Flicoteaux.

Durant l'été 1913, le clocher de l'Eglise est atteint par la foudre et nécessite quelques travaux.

A l'intérieur de l'église, la statue en bois de St Avoye date du 16ème siècle, le Christ en croix sur la poutre de gloire du 18ème siècle. Les nombreux vitraux représentent la Vierge à l'enfant (1879), St Louis (1879), St Joseph (1895), St Maur (1894), St Jean Evangéliste (1940). Le confessionnal en bois date du 18ème siécle.


Plus de photos en cliquant sur la photo.

La chapelle Ste Anne

  • Chapelle d'Amécourt
La petite chapelle fût édifiée en 1859. Elle est dédiée à Ste Anne (mère de Marie) et à Ste Marie. La chapelle abrite une statue de Ste Anne et une autre de St Maur (saint patron des charbonniers, des chaudronniers et des fossoyeurs).
Un pélérinage est organisé chaque année avec la communauté chrétienne de la paroisse.
La chapelle se situe à la sortie du village, direction Hébécourt.

Le monument aux morts

Monument commémoratif érigé pour les enfants d'Amécourt, morts pour la France, lors de la guerre 1914-18.

Lieu de rassemblement annuel des commémorations des 8 mai et 11 novembre, il permet aux habitants de se recueillir et de se souvenir des victimes des deux guerres mondiales.


La statue de la Ste Vierge

La statue fût dressée sur la Place du Pâtis en 1889 par M. Michel, curé d'Amécourt, à la suite d'une épidémie de variole qui avait ravagé la commune l'année précédente.

Cet ex-voto (offrande faite à un dieu en demande d'une grâce ou en remerciement d'une grâce obtenue. ) en fonte de fer, est signé "Denonvilliers, fondeur à Paris".


La place du Pâtis

Centre du village, la place dispose actuellement d'une table de pique-nique, d'un portique en bois, de différents agréés pour enfants, d'une table de ping-pong, d'un terrain de pétanque, de cages de foot.

La place est le terrain priviligié des évènements festifs de la commune comme la fête du village.

Autrefois, une mare jouxtait les bâtiments du Domaine du Pâtis.

Le domaine du Pâtis

L'ancien manoir est aujourd'hui une ferme qui propose une belle salle de reception et des chambres d'hôtes.

Reconstruit au début du 18ème siècle en colombage, silex et briques, il a gardé son aspect "Vexin Normand" traditionnel. 

Les communs sont la représentation traditionnelle de l'habitat rural ancien avec sa grande cour rectangulaire délimitée par l'écurie, les porcheries, le cellier, la forge, les bergeries et l'étable. Seule une partie a été endommagée lors de la seconde guerre mondiale et est remplacée par des bâtiments plus récents.

Le château d'Amécourt

Il a été construit dans la seconde moitié du 18ème siècle mais différentes transformations ont modifié son aspect d'origine. Il est situé au dessus de l'église et jouit d'une superbe vue sur la vallée.

Parmi ses propriétaires successifs, on trouve les familles de l'Isle, de Fours, de Beauvais, de Harle, Sublet, Dufour de Longuerue et Lefèvre d'Amécourt. La famille Flicoteaux en fût propriétaire jusqu'à 2007, date à laquelle la famille Beal s'est installée.

 10 ans de travaux ont été nécesaires pour rénover la bâtisse et ses dépendances et offrir désormais un lieu de réception unique, un gîte, une maison de chasse et des chambres d'hôtes.

Le calvaire

Erigé sur les hauteurs d'Amécourt par M. Richard, ce calvaire est constitué de silex pour le socle, de chêne pour le fût et de fonte de fer pour le Christ. Son fleuron est quelque peu endommagé par les assauts du temps.

Le lavoir

Construit au 19ème siècle, le lavoir communal est alimenté par une source locale. Il a gardé son charme d'antan et ce, grâce à la restauration en 2014 de sa toiture à queue de geai recouverte de tuiles plates.
De courageuses villageoises y descendaient encore pour rincer leur linge dans les années 50.
Dorénavant, le terrain de boules à proximité, est plus utilisé.
Pour vous rendre au lavoir, prendre le chemin de la Maladrerie dans le bas du village, descendre le chemin du Marais, tourner à droite pour emprunter le chemin de la Fontaine des Champs.

La gare-halte Amécourt Talmontiers

La ligne ferrovière Serqueux - Gisors passe par Amécourt, historiquement reliant Dieppe à Pontoise.

Deux passages à niveau sont localisés sur notre commune le PN 32 (au bout du chemin du Marais) et le PN 33 (au bout de la rue du Buisson de Bleu). Ce dernier correspond à la halte Amécourt - Talmontiers.

En 1867, l'expropriation des terrains à occuper est décidée. La Compagnie a inscrit à son budget un crédit de 1,200,000 fr qu'elle va employer en acquisitions de terrains et à l'organisation de ses chantiers de terrassements et d'ouvrages de maçonnerie.

Le tronçon Gisors - Gournay en Bray est ouvert en juillet 1870.

En 1885, quelques travaux sont nécessaires : réparation des barrières du PN 33 et réfection du plancher de la passerelle en fer de la ruelle de l'Abreuvoir au km 80km200.

D'abord à voie unique, la halte bénéficie de l'établissement d'un nouveau quai à voyageurs en vue de la mise en service de la 2ème voie en 1912.

Un an plus tard, un passage pour cabrouets est créé.

En 1921, une adjonction de 2 pièces supplémentaires pour le logement du chef de halte est décidée.

Le déclin de la ligne, son entretien insuffisant engendrent le ralentisement grandissant des trains sur cette portion. Une ligne de cars pendra la relève pour desservir les villes entre Gournay en Bray et Gisors. Dessertée en janvier 2009, la ligne est réouverte aux voyageurs en décembre 2013 après d'importants travaux.

Actuellement, le PN 32 a été fermé, ne laissant de son existence que la maison du garde barrière. Le PN 33 est toujours existant bien que la halte Amécourt - Talmontiers soit depuis longtemps fermée (1968-69).

La ligne dispose de 4 allers-retours TER (voyageurs) en semaine avec un arrêt à Gournay-en-Bray et Sérifontaine.

Et demain ...

Plus d'images en cliquant sur la photo.


Sources : Données INSEE, archives départementales de l'Eure, Gallica.bnf.fr, les cahiers de la SHGBE (Société Historique et Géographique du Bassin de l'Epte), wikipédia, "le Canton de Gisors dans les années 1900 " de Claude Lapierre et Jean-Marc Derrien aux Editions Page de Garde, "Guide du Vexin Normand" de Louis-Martin TARD aux Editions du Valhermeil

Remerciements

Ce site est le fruit d'un travail collectif. Je remercie toutes les personnes qui y ont, volontairement ou non, contribuées.
Je l'espère complet et agréable. N'hésitez pas à me laisser un commentaire et à venir l'enrichir sur contact@amecourt.info.

V.R.

Vous souhaitez nous faire partager vos prises de vue de la commune, merci de nous contacter sur : 


contact@amecourt.info



Amécourt, d'hier et d'aujourd'hui

Le temps passe, les images restent et parlent d'elle-même.


La preuve en images



Amécourt autrefois

Voici l'album des cartes postales et photos anciennes.

Tous nos remerciements à M. Blanquet qui nous a fourni bon nombre de ces précieux documents.


Amécourt autrefois



Points de vue

Ici vous trouverez un album de photos du village de tout point de vue et de toutes saisons.


Paysages d'Amécourt



Amécourt, les cartes

Ce site est très complet et son choix de cartes permet de répondre à toutes les attentes.



L'Epte

Rivière longue de 113 km, elle naît près de Forges-les-Eaux pour rejoindre la Seine près de Giverny. Elle passe à nos pieds et son débit varie au gré des saisons et des précipitations.